Précisions importantes sur la méthode Tomatis

 

La méthode Tomatis, que son concepteur a intitulé méthode audio-psycho-phonologique, est une technique de rééducation de l’écoute développée depuis plusieurs décennies par l’oto-rhino-laryngologiste français Alfred Ange Tomatis.

Cet inventeur a édicté des règles précises sur l’application de sa méthode et les a transmises à ses étudiants lors des stages de formation qu’il organisait à Paris au sein de l’institut qu’il y avait fondé. Ses élèves ont à leur tour transmis ces règles à leurs élèves et ainsi de suite. Alfred Tomatis a également écrit une douzaine de livres sur sa méthode et ses applications ainsi que des centaines d’articles et textes scientifiques. Il a également donné de nombreuses conférences et fait des exposés dans diverses institutions éducatives, écoles et universités du monde entier. Un certain nombre de ces articles scientifiques, textes de conférences ou d’exposés peuvent être téléchargées en format PDF sur différentes plateformes au moyen d’un navigateur Internet.

Afin de préciser quelle est la bonne façon d’appliquer la méthode Tomatis (selon Alfred Tomatis et ses élèves), nous pouvons indiquer les points suivants :

  1. Il n’y a pas de niveaux progressifs de mise en pratique de la méthode Tomatis. Elle est unique et suit un mode d’application indiqué dans le livre de Tomatis « L’oreille et la vie » paru aux éditions Laffont en 1977. Dans la véritable méthode Tomatis, il n’y a pas de thérapeutes de différents niveaux, autorisés à arriver à un certain point du traitement avec leurs patients qui, pour continuer la thérapie, sont obligés de se tourner vers un thérapeute de degré supérieur ou d’attendre que leur thérapeute continue la formation pour atteindre le niveau suivant de préparation. La thérapie d’écoute avec la méthode Tomatis est linéaire, elle ne suit pas un chemin brisé, forcé de le faire par la tarification du parcours de formation du thérapeute.

  2. Le deuxième point est un approfondissement du premier avec d’autres spécifications. Bien que le programme soit différent en termes de champ d’application (dyslexie, chant, langues, grossesse...), le parcours audio-psycho-phonologique suit, sauf indication contraire, le processus de filtrage passe-haut progressif (RSM) jusqu’au filtre 8000 Hz, afin d’habituer l’oreille à la phase suivante, appelée celle des sons filtrés (SF), qui représentent la première empreinte acoustique reçue à partir de laquelle le langage va se développer. Pour Tomatis cette phase SF est très importante pour le succès des suivantes. Elle est suivie de l’accouchement sonique, qui mène à la phase prélinguale, puis à la phase linguistique. Dans le domaine musical (voix et instrument), l’accouchement sonique n’a pas lieu ; une fois que vous avez atteint les sons filtrés, vous commencez à introduire l’activité pratique avec la voix ou l’instrument par le contrôle cybernétique de l’oreille électronique. La méthode Tomatis comme parcours audio-psycho-phonologique, c’est-à-dire un entraînement qui permet de retracer les étapes du développement de l’écoute du sujet pour lui permettre d’ouvrir des plages de fréquences qui à l’époque n’étaient pas ouvertes ou en rouvrir d’autres qui se sont fermées, est décrite par Tomatis de manière non équivoque dans son autobiographie scientifique « L’oreille et la vie », au chapitre VII  : « La méthode que je préconise est simple dans son principe. Il s’agit de faire parcourir au patient grâce à un conditionnement le cheminement sonique idéal dont — pour des raisons x, y ou z — il s’est trop écarté. Après avoir déterminé quelle était l’évolution acoustique la plus favorable à l’épanouissement de la personnalité, il ne m’a pas été trop difficile de la faire vivre au sujet grâce à l’appareillage électronique que le lecteur connaît et à un certain nombre de montages spéciaux. On recrée en laboratoire les différences étapes qui marquent l’itinéraire idéal. Sans entrer dans le détail, on peut distinguer cinq stades principaux qui se succèdent et auxquels nous avons donné des noms qui n’ont de valeur que par l’usage qu’en font, en France et à l’étranger, les utilisateurs de l’Oreille Electronique :

1. retour sonique ;

2. sons filtrés ;

3. accouchement sonique ;

4. période pré linguistique ;

5. structuration du langage.»

 

  1. Nous arrivons à un autre point clé de la méthode Tomatis :

par quels moyens le thérapeute de l’écoute ou audio-psycho-phonologue peut-il comprendre jusqu’à quel point le patient s’est éloigné de la progression sonore idéale ?

Il le fait à travers l’utilisation du test d’écoute, principal instrument de rééducation de l’écoute. C’est ainsi que Tomatis le décrit dans son livre « Vertiges » paru aux éditions Laffont en 1989 :

« Test projectif, le test d’écoute révèle les réactions psychologiques sous-jacentes et les tensions qui les provoquent. En analysant les réponses vestibulo-cochléaires aux impulsions acoustiques, il permet d’expliquer les contre-réactions posturales. Mais le test d’écoute, en visualisant les réponses apportées par un sujet aux informations sonores, donne les clés de son comportement général dans bien d’autres domaines : communication, langage, socialisation, etc. C’est l’insertion d’un être dans son milieu qui nous apparaît ainsi. »

Le thérapeute Tomatis effectue toujours un test d’écoute avant que son patient ne commence son traitement avec la méthode.

Le test d’écoute ne se fait pas seulement dans les cas où il est objectivement impossible de le faire par manque de collaboration (enfants trop jeunes ou problèmes neurologiques, psychologiques et moteurs importants). Le test est une aide valable pour avoir une image claire de l’écoute du sujet et pour être capable de programmer correctement l’oreille électronique et ses supports sonores.

Il est également utilisé au cours du traitement pour évaluer les progrès. Dans de nombreux textes de Tomatis, vous trouverez davantage d’informations sur la façon dont Tomatis a développé le test d’écoute et comment il doit être réalisé.

  1. Un autre facteur important qui nous permet de reconnaître la méthode audio-psycho-phonologique telle qu’elle a été développée par Alfred Tomatis est de comprendre clairement comment fonctionne le mécanisme complexe de la bascule de l’oreille électronique en temps réel. Il est ainsi plus facile de détecter les contrefaçons que l’on fait passer pour la véritable bascule de l’oreille électronique.

La bascule est le mécanisme physiologique découvert par Alfred Tomatis, « l’effet Tomatis » publié à l’académie de médecine de Paris en 1960, qui est au cœur de l’oreille électronique et permet une rééducation permanente et efficace de l’oreille humaine.

Cela consiste à faire passer alternativement le message sonore diffusé par l’oreille électronique à travers deux canaux configurés de telle sorte que le premier met l’oreille au repos, c’est-à-dire sans nécessairement prêter attention à ce qui est entendu, tandis que le second canal est paramétré de telle sorte que l’oreille « s’étire » pour se concentrer sur les sons et donc pour y prêter attention.

Ce mécanisme reproduit de manière électronique l’action physiologique de l’oreille humaine lorsqu’elle passe de la simple audition passive des sons à l’écoute, c’est-à-dire en se concentrant sur les informations qui l’intéressent et en laissant en arrière-plan le reste des informations acoustiques présentes dans l’environnement.

Tomatis explique que, dans l’oreille humaine, lorsqu’elle est dans une attitude auditive passive et qu’elle n’écoute donc pas, les deux petits muscles de l’oreille moyenne, le muscle tenseur du tympan et le muscle de l’étrier ou strapéen sont dans un état de repos ou relaxation. Dans ce mode l’oreille entend, mais n’écoute pas, c’est sans accommodation.

Lorsque la personne, volontairement ou automatiquement, décide d’écouter, parce qu’elle est stimulée à le faire par une information sonore entrante, les deux muscles, avant le stapédien et après un certain temps en millisecondes (qui varient d’une langue à l’autre) le tenseur du tympan, tendent à permettre à l’oreille de s’adapter aux sons qui intéressent et favorisent simultanément leur analyse optimale.

Tout cela est imité de manière très précise par l’oreille électronique grâce au passage du son au travers de deux canaux amplifiés. L’un accroît les basses fréquences et atténue les hautes fréquences de manière sensible, ce qui a pour conséquence de placer l’oreille à son point de non-ajustement, c’est-à-dire de ne pas écouter, mais uniquement d’entendre par simple audition inconsciente ; le deuxième canal, atténue les basses fréquences et accroît les hautes fréquences, soit l’inverse du premier, ce qui va pousser l’oreille à écouter, de prêter attention de façon consciente.

Le passage continu du premier canal au second nous permet d’entraîner l’oreille, de l’habituer à s’adapter ensuite spontanément aux sons du milieu ambiant de la vie de tous les jours (langage, école, travail, expressivité, musique, langues étrangères...).

La bascule de l’oreille électronique a été conçue par Alfred Tomatis pour que la transition entre le canal de repos et le canal d’attention auditive se produise lorsqu’un certain volume du signal sonore est atteint. Il s’agit de promouvoir l’attitude physiologique innée de l’oreille humaine qui commence à s’attacher à atteindre un certain seuil de volume sonore. Le message sonore revient au canal de repos lorsque le volume redevient inférieur au seuil de volume d’avertissement réglé dans la machine.

Il est important que les personnes qui suivent les séances Tomatis et les aspirants thérapeutes de la méthode Tomatis en connaissent l’importance et vérifient que l’équipement utilisé pour la thérapie remplisse ce critère.

C’est très important parce qu’on l’a remarqué récemment qu’un certain nombre d’équipements sur le marché ne répondent pas à certains de ces critères notamment celui du volume pour le déclenchement de la bascule du premier au second canal, ce qui est anti-physiologique et donc négatif. Si tout va bien, vous pourriez obtenir des effets temporaires de bien-être, mais pas aussi durables et moins profonds que ceux obtenus avec la précession d’oreille électronique originale d’Alfred Tomatis. Mais vous risqueriez surtout de désorienter l’oreille dans son mode d’activation d’écoute et d’attention et de perturber toutes les fonctions qui en dépendent.

5) Le cinquième aspect, non moins important que les précédents, concerne l’équipement, à savoir l’oreille électronique, les supports musicaux et les lecteurs de ces supports musicaux. Ce sujet nécessite quelques éclaircissements importants concernant principalement la différence entre analogique et numérique et sur ce qui peut être numérique et ce qui doit être analogique dans les sessions Tomatis. Des informations contradictoires et déroutantes se trouvent sur Internet et cela dépend malheureusement du type d’équipement que telle ou telle entreprise veut vendre sur le marché que représente les futurs audio-psycho-phonologue.

Veuillez noter que la source sonore peut être numérique à condition d’être de très haute qualité. La plupart des gens écoutent maintenant de la musique numérique au format redbook (16bit/44.1Khz), MP3. Les médias musicaux sont maintenant presque exclusivement numériques. La méthode Tomatis répond à cet impératif du marché avec des sources sonores numériques de haute qualité 24bit/48Khz ou DSD. Cependant, l’oreille humaine qui traite cette information, fonctionne et fonctionnera toujours en analogique. La physiologie humaine n’est pas numérique. Elle fonctionne de façon analogique. Ce qui est appliqué à l’entrée est restitué à la sortie en temps réel sans pertes ni retards dus au « dépaquetage » de l’information caractéristique indissociable des équipements numériques qui doivent convertir séquentiellement le signal analogique sous forme numérique, le traiter sous sa forme reconditionnée, puis le convertir à nouveau sous forme de signal analogique. L’oreille électronique, parfaitement connue par ceux qui ont l’expérience de la méthode Tomatis, est la simulation parfaite d’une oreille qui sait écouter. Afin d’obtenir le meilleur effet rééducatif, il est tenu de respecter les temps et la physiologie de l’oreille humaine. C’est pourquoi il est préférable de le faire en mode analogique. La numérisation, une innovation technologique de grande envergure, est excellente pour le conditionnement et la traduction des données en chiffres, ce qui facilite leur traitement, leur envoi, etc. Cela a sans aucun doute permis de réaliser des progrès significatifs dans le domaine de la science et de la technologie. Cependant, lorsqu’on travaille sur le plan thérapeutique à un niveau fin pour restaurer des rythmes psychophysiologiques qui ont perdu leur flux normal, il faut tenir compte des besoins du système nerveux qui ne suit pas et n’a jamais suivi les mêmes processus de progrès que ceux de la technologie, comme le relevait Alfred Tomatis. Les avantages thérapeutiques de l’utilisation d’une oreille électronique analogique sont nombreux et ne peuvent pas être remplacés par une oreille électronique numérique :

  1. La bande passante est extrêmement large, c’est-à-dire que tous les sons ou bruits quelles que soient leurs fréquences que l’on applique à l’entrée de la machine se retrouveront à la sortie. Il n’y a pas de perte d’énergie, de temps et de disparition d’informations.

  2. La dynamique de la bascule en temps réel. Tout le processus étant analogique, il est proche du comportement physiologique de l’oreille humaine. Il évite de passer trop brusquement du premier au second canal. Il s’agit d’accommoder le système auditif du patient et non de l’agresser. Ce que nous allons dire peut sembler superflu, mais il est important que l’effet Tomatis de bascule ne soit pas préenregistré. C’est anti-physiologique. Nous avons eu l’occasion d’écouter des appareils super compacts, de la taille d’un iPod, déclarés avoir été spécialement conçus pour la méthode Tomatis, dans laquelle le passage du canal un au canal deux s’effectuait indépendamment du fait que le volume musical atteigne ou non le seuil de basculement. Toute personne ayant acquis une bonne connaissance et une expérience pratique de la méthode Tomatis sait parfaitement que c’est aussi contre-productif pour le bon déroulement de la thérapie. Dans la nature, l’oreille est encouragée à écouter lorsque le signal atteint un certain volume. Je me retourne quand quelqu’un m’appelle si sa voix a atteint un volume suffisant non seulement pour que je l’entende, mais aussi pour comprendre qu’il s’adresse à moi grâce à l’activation de mon oreille moyenne qui me permettra de passer de la simple audition à l’écoute et donc à la reconnaissance.

  3. Pour rester dans le cadre du préenregistré. En supposant qu’une session ait été préenregistrée en respectant les paramètres de réponse d’une oreille électronique réelle, après quelques écoutes, l’effet de surprise donné par le caractère de non-répétitivité de la bascule va disparaître, et de fait réduire l’effet de rééducation. L’imprévisibilité du moment de la bascule est l’un des facteurs importants pour une rééducation réussie de l’écoute. La non-répétitivité (à ne pas confondre avec le hasard) est le point fort de l’analogique.

  4. Encore plus important : dans le travail audio vocal sous oreille électronique en circuit fermé avec des écouteurs et un micro, il est essentiel de disposer d’un temps de bascule très précis pour la conduction osseuse avant et pour la conduction aérienne après (retard et précession) afin de former correctement le circuit audiovocal, sachant par exemple que le rythme des différentes langues étrangères varie seulement de quelques millisecondes d’une langue à une autre, ce qui très importante pour obtenir le bon accent linguistique. Plus encore dans ce cas, le circuit numérique risque de rendre les temps de basculement moins précis. À cet égard un épisode survenu il y a quelques années m’est venu à l’esprit. J’avais été invité avec d’autres collègues européens par un formateur émergent à la méthode Tomatis, mais nous avions découvert plus tard qu’il était plus intéressé de vendre du matériel numérique de sa fabrication plutôt que de transmettre la méthode, prétendant avoir eu l’approbation d’Alfred Tomatis en personne. Il s’agissait en fait d’une imitation grossière de l’Oreille électronique, à son avis « améliorée » grâce à l’ajout de certains boutons de fonctions qui, selon ce qu’il prétendait verbalement, représentaient une sorte d’« avancement » des propriétés thérapeutiques de l’oreille électronique originale de Tomatis. La vérité éclata lorsque nous essayâmes, mes collègues et moi, de faire prononcer une langue étrangère par un étudiant à travers le circuit de cette machine réglée selon les paramètres de cette langue. Ce fut impossible. Le retard et la précession, ne correspondaient pas aux millisecondes établies par Tomatis, et n’avaient pas permis un accent correct de la langue alors que l’ajustement de la courbe d’enveloppe sur le canal deux n’était également pas conforme et ne permettait pas de trouver le son correct pour cette langue.

Si nécessaire, et sur demande pour ceux qui le souhaite, nous pouvons fournir plus d’informations sur la différence entre l’oreille électronique analogique et l’oreille électronique numérique.

Nous nous souvenons des réponses d’Alfred Tomatis lorsqu’il fut interviewé sur l’oreille électronique  à Paris en 1994 : « L’oreille électronique que nous utilisons dans le domaine de l’audio-psycho-phonologie est un dispositif de traitement analogique.

Cet appareil correspond à certaines exigences opérationnelles de l’oreille humaine dans ses mécanismes d’écoute. Il est adapté à la transmission du son vers le cortex et de là vers l’ensemble du corps à travers certains réseaux que j’ai appelés les “intégrateurs”.

Cet ensemble de compléments fonctionne sur un rythme analogique, qui correspond aux réponses neurophysiologiques de l’organisme. Il faut donc savoir que, dans le cadre de notre action thérapeutique, nous ne pouvons utiliser qu’un ensemble d’appareils (oreilles électroniques, casques, microphones, etc.) qui fonctionnent en mode analogique. Ceci afin d’assurer une recharge corticale maximale.

D’un point de vue thérapeutique, il est nécessaire de prendre en compte les besoins du système nerveux qui n’a pas suivi les mêmes évolutions que la technologie actuelle. Le cerveau doit être considéré comme un gigantesque réseau dont le but est de mettre toutes les cellules en contact les unes avec les autres afin qu’elles agissent à l’unisson, en fonction, bien sûr, de leurs propres attributions qui les individualisent dans un programme fonctionnel ».

Les étudiants d’Alfred Tomatis ont appris les règles de l’art directement à la source du concepteur de la méthode et les appliquent dans leur pratique professionnelle pour que la méthode fonctionne. En même temps, ils les transmettent à leurs élèves dans les formations dispensées dans les différents pays.

Les thérapeutes de la méthode Tomatis à travers le monde n’obtiennent pas de meilleures connaissances lorsqu’ils achètent les droits d’afficher un certain logo de marque sur leur site web ou dans leurs brochures d’information. Ils paient simplement les frais d’utilisation de la marque du logo. Ils ne paient pas les frais pour travailler avec la méthode Tomatis. La méthode Tomatis est du domaine public. Mais une chose est certaine : pour l’appliquer, il faut l’apprendre en suivant les règles développées par Tomatis. Et l’équipement doit être conforme aux critères de construction établis par Tomatis. Il est à noter qu’à l’heure actuelle, aucune institution ou organisation n’a de droits exclusifs sur la méthode Tomatis. Le Dr Tomatis a délibérément mis sa méthode dans le domaine public. Par conséquent, personne ne peut percevoir de droits de licence pour accorder le droit d’utiliser cette méthode thérapeutique ou revendiquer des droits exclusifs dans le domaine du savoir-faire et de la formation. Nous ne cessons de proposer aux utilisateurs potentiels de la méthode et aux aspirants thérapeutes de toujours lire attentivement ce qui est écrit et proposé dans les différents sites qui proposent la rééducation Tomatis ou la formation des futurs thérapeutes. L’enregistrement d’une marque protège la marque elle-même, elle ne protège pas un ensemble de connaissances, surtout si celles-ci relèvent du domaine public. Si je veux utiliser une marque, je paie les droits de licence pour l’utilisation de la marque, et c’est tout.

 

Imprimer E-mail